-A +A

Gregory Ziebach

Correspondant observatoire pelagis

« Aller dans une île, c’est changer de vie »

Gregory Ziebacz a toujours réussi à concilier son activité professionnelle et sa passion. Longtemps maître-nageur, il a encore le regard tourné vers l’océan pour observer les mammifères marins qui fréquentent nos pertuis. Il est membre du réseau national d’échouages de cétacés.

Quel est votre attachement personnel à l’Ile de Ré ?

Je suis venu en 1969 chez ma tante en vacances à La Flotte. J’ai gardé de cette période une sensation de bonheur, de bien-être que je ressens encore.

Douze ans après, le hasard du métier m’a fait venir travailler dans l’île pendant quinze ans. J’y suis actuellement retraité.

Quelle est votre saison préférée et quelles sont vos activités de prédilection sur l’Ile de Ré ?

Pour apprécier pleinement la sensation d’être un îlien, ce sont toutes les saisons sans forte affluence que je préfère : la nature particulière et typique de l’île se révèle, on peut côtoyer les oiseaux sauvages sans les déranger, puisque l’on vit avec eux... J’ai été très tôt sensibilisé à la protection de notre environnement marin, et aux mammifères marins, victimes des activités humaines, et qui s’échouent en nombre chaque année. Je peux ainsi partager mon expérience et mes observations au sein de l’association Ré Nature Environnement.

Un lieu/site magique sur Ré que l’on ne retrouve nulle part ailleurs ?

Le site du Goisil à La Couarde est un décor idyllique, avec le petit bois de la plage nord, le chenal du Goisil, et tout autour, les marais et vasais, grouillants de vies sauvages multiples, face à la Fosse de Loix.

Si vous deviez présenter l'Ile de Ré en quelques mots, comment la caractériseriez-vous ?

L’Ile de Ré doit se mériter. Aller dans une île, c’est changer de vie, en acceptant les contraintes de la nature insulaire avec laquelle nous devenons étroitement liés par beau temps ou par mauvais temps.